T’as décidé que tu voulais mieux gérer ton budget.
Pour mieux économiser ton argent.
Pour mieux contrôler tes dépenses.

Enfin, surtout pour arrêter de te taper la tête contre un mur quand tu vois ton relevé de banque.

Parce que, dans le fond, tu t’en fous de gérer ton argent, ça te gonfle (ou alors, t’es un peu maniaque et tu kiffes, comme moi). En fait, tu préfèrerais en avoir suffisamment pour ne pas avoir à y réfléchir.

Comme lui.

chat qui dort sur de l'argent

Sauf que c’est pas le cas.

Alors, t’essayes d’établir tes comptes, le soir, en rentrant du taf, alors que t’as juste envie d’aller boire un verre avec tes potes ou de faire du papier mâché avec tes gosses.

Ca a marché quelques mois. Mais en fait tu galères, t’imagines même pas comment tu pourrais y arriver.

« Bah ouais, mais moi, c’est super compliqué. J’ai demandé conseil à des potes, mais c’est impossible à appliquer dans mon cas, et puis j’ai pas le temps, et ça me saoûle… »

Pourtant, gérer son argent, ça parait évident que c’est une bonne idée.

« Alors pourquoi j’y arrive pas ? »

Parce qu’il te manque la méthode. L’école t’apprend pas à gérer tes sous. Tes parents, peut-être, si t’as de la chance. Et au mieux, on t’apprend à traiter ton budget comme un comptable.

Pointer. Catégoriser. Rapprocher. Surveiller.

C’est bien. C’est un bon début.

Sauf que ça ne suffit pas !

Et franchement, tu m’étonnes que ça te gonfle.

C’est pas parce que tu connais ton budget que tu vas pas le dépasser. Même si  ça aide quand même.

Alors que si tu apprends à traiter ton budget comme un acheteur, tu vas comprendre ta dépense. Et du coup, comprendre comment l’éviter ou la réduire.

Mais reprenons les bases.

Faire un état des lieux de tes comptes

Avant tout, il faut que tu aies une vision de tes dépenses et de te revenus.

C’est la base.

Point barre.

Parce que ça va être galère de gérer ton argent si tu sais même pas ce que tu dépenses ou ce que tu gagnes.

« Mais si je sais, enfin, en gros quoi… »

Ok, t’es capable de me dire à qui, combien, quand et pourquoi ?

« Euh… »

Donc, je disais…

Lister chaque dépense et revenus sur un an

L’idée, c’est d’avoir un historique de tout ce que tu gagné ou dépensé sur un an.

« Oh mais j’ai pas que ça à faire ! Tu crois vraiment que je vais me poser en rentrant chez moi pour lister ce que j’ai acheté chez le boulanger y’a 6 mois ? »

Woow, du calme. D’abord, qui t’a dit de tout te taper à la main ? Y’a pleins d’applis qui font tout le sale boulot à ta place en quelques clics. Tu rentres juste tes codes bancaires et tu as ta liste en quelques instants. Pour en citer quelques unes, Bankin’, Budgea, Gérer Mes Comptes, LaFinBox, Linxo… Perso, j’ai  retenu Linxo (la version gratuite suffit largement) et je l’ai pas lâchée depuis.

D’ailleurs, comme j’suis trop cool, je t’offre un mois de premium gratuit si tu utilises mon code de parrainage en t’inscrivant : P013D8. Je précise que je n’ai pas de partenariat avec eux, je gagne juste un mois gratuit en échange.

« Ok, mais moi, j’ai pas confiance en ces applis qui seront sur mon téléphone avec mes données bancaires. Si on me vole mon téléphone, et tout, et tout, je fais comment ? »

Ben, t’as plus qu’à télécharger sur Excel tes relevés bancaires.

« Mais moi, j’ai pas Excel, je veux pas télécharger Open Office, ma connexion est pourrie, mon ordi est trop lent, j’ai pas de smartphone, et de toutes façons, les nouvelles technologies, cèlemal ! »

Bah, prends un papier et un crayon et fais-le à la main, qu’est-ce que tu veux que j’te dises… Viens pas me dire que c’est relou à faire après !

Catégoriser

T’as ta liste de dépenses et de revenus ? Super.

Maintenant, faut la catégoriser. Sinon, tu sauras jamais où tu exploses ton budget.

Ça tombe bien, Linxo le fait automatiquement. Y’a pleins de catégories de base. T’as juste à jeter un coup d’œil vite fait, voir s’il y a pas des énormités, et à catégoriser les dépenses et les revenus qui ne le sont pas encore. Allez, en 30 minutes, c’est plié.

Et si t’as pris mon code de parrainage avec le mois offert, tu peux créer tes propres catégories, elles resteront même si tu repasses en gratuit après.

Pour la forme, voilà un exemple de dépenses qui posent problème.

linxo graphique budget

Y’as presque 40% de dépenses inconnus ! Donc 40% qu’on ne peut pas analyser !

C’est énorme !

Il faut pouvoir arriver à tout catégoriser au maximum, comme dans l’exemple ci-dessous.

linxo bonne gestion

Oui, ça implique de le faire régulièrement. Et tu vas être surpris de ce que tu dépenses, crois-moi.

« Ah ouais, 600 balles de restaus en 3 mois, j’aurais juré que j’avais réduit en soirées… »

Oui, le choc de la réalité, ça aide à prendre conscience de ce que t’achètes.

Donc prends l’habitude de catégoriser tes comptes. Franchement, ça va vite, il suffit d’y aller 1 fois par mois. Ou si t’as la mémoire d’un poisson rouge, à chaque fois que tu reçois une notification.

« C’est bon, j’ai les boules mais j’ai fini. On fait quoi maintenant ? »

Il y a une catégorie qu’on oublie toujours : la « flexibilité ». En gros, est-ce que tu pourrais supprimer cette dépense complètement ou au moins la réduire ?

Par exemple, t’es un grand fumeur depuis des années, et tu préfères crever la bouche ouverte dans un puits avec des orties que de d’arrêter de te suicider tous les jours avec ta clope. Là, tu peux mettre « dépense indispensable ». Par contre, aller vivre dans une tiny house de 15 m2 pour supprimer ton loyer de huit cents Euros par mois, alors là, mais aucun problème, t’es total flexible !

Ça, les applis ne te le proposent pas, c’est à toi de te faire ta liste à part.

Cette liste, elle peut bouger. Elle peut évoluer dans le temps. Même si t’y crois pas aujourd’hui.

Et si c’était pas encore clair, plus tu es flexible, plus tu te donnes des chances d’économiser. Mais là, on touche à ta corde sensible. On touche à tes habitudes !

« Oula, mais tu m’avais pas dit qu’il fallait changer ses habitudes ! Ça craint, moi je veux pouvoir toujours faire ce que je veux, quand je veux et où je veux ! »

Cartman I do what I want

Tu peux pas tout avoir. Tu peux pas tout faire. Tout a un prix. Tout a une limite.

Point.

Si on pouvait tous faire tout ce qu’on voulait, ça se saurait, et je serais pas en train d’écrire cet article sur comment gérer son budget.

 

Soit tu payes, soit tu fais toi-même, soit tu remets en question ce que tu veux et ce dont tu as vraiment besoin.

(Tu peux aussi voler ou manipuler les gens, mais ça, c’est pas très cool).

Alors oui, y’a des méthodes pour changer tes habitudes. Mais je reviendrai dessus dans un prochain article, parce qu’il y a de quoi écrire des tartines pour tous les goûters du reste de ta vie.

Etablir des prévisions

Pour finir l’état des lieux, faut aussi que tu saches  combien tu vas dépenser et gagner de façon récurrente (donc ton électricité, ton loyer, tes impôts, internet…). D’ailleurs, Linxo le fait automatiquement pour toi en version premium.

L’intérêt, c’est que tu connaisses ton reste à dépenser… et à épargner !

Les investisseurs te diront d’ailleurs qu’il faut pouvoir te payer d’abord. C’est-à-dire automatiquement mettre un montant d’épargne de côté dès le début du mois, et décaler au plus tard les paiements de tes fournisseurs (ton proprio, EDF…).

Ça t’oblige à vivre avec moins que ce que tu gagnes vraiment et à mettre de côté en même temps. C’est un bon exercice si t’as besoin d’être forcé pour faire les choses.

Mais retarder les paiements de tes fournisseurs, c’est très déresponsabilisant et dangereux.
Et si tu es déjà très juste avec tes finances, ne fais pas n’importe quoi avec cette règle. Commence par réduire tes coûts pour te sentir à l’aise. Bloquer un montant mensuel à épargner viendra alors plus facilement.

On arrive à la fin de la première partie pour mieux gérer un budget. Si t’es arrivé jusqu’au bout, bravo ! J’arrête ici pour que tu digères tranquillou et que tu puisses commencer par appliquer tout ça.
Ça te servira de base pour la partie 2 que je vais sortir dans mon prochain article dans quelques semaines : l’analyse !

Si tu ne veux pas louper la sortie de l’article, n’hésite pas à t’inscrire pour recevoir l’info.